DL style

Lieu de détente et de savoir de la session july 2009


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L'actu vu de chez nous ...

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 L'actu vu de chez nous ... le Mer 8 Juil - 13:33

drHouz

avatar
Admin
Principe mettre le lien d'un article bien ou pas bien avec un ch'ti résumé ou un titre racoleur affraid

Travailler PLUS pour le Seigneur

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: L'actu vu de chez nous ... le Mer 8 Juil - 13:37

drHouz

avatar
Admin


Cette saison l'OM c'est grande classe cheers

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: L'actu vu de chez nous ... le Mer 8 Juil - 17:19

drHouz

avatar
Admin
Il ne fait pas bon d'habiter Xinjiang

Voir le profil de l'utilisateur

4 lactu vu de chez nous le Mer 8 Juil - 17:45

hehe

avatar
Admin
voici une tite information relativement interessante :http://news.fr.msn.com/article.aspx?cp-documentid=148442695

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: L'actu vu de chez nous ... le Jeu 9 Juil - 8:29

drHouz

avatar
Admin
Tour de France : Voakler se gave !

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: L'actu vu de chez nous ... le Jeu 9 Juil - 16:24

drHouz

avatar
Admin
Egalités des sexes vous avez dit ?

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: L'actu vu de chez nous ... le Jeu 9 Juil - 16:38

drHouz

avatar
Admin
Monnaie forte ?

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: L'actu vu de chez nous ... le Ven 10 Juil - 8:19

hehe

avatar
Admin
http://www.lemonde.fr/technologies/infographie/2009/07/09/la-bataille-google-microsoft_1217317_651865.html

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: L'actu vu de chez nous ... le Dim 12 Juil - 0:11

ryu

avatar
Admin
Sans vouloir dramatiser, cela se rapproche à grand pas d'ici.
La grippe A touche une colo de vacances et... des joueurs de l'AS Monaco.
24 enfants et trois animateurs d'une colonie sont porteurs du virus H1N1 près de Megève, en Haute-Savoie. Tout comme quatre footballeurs en stage dans l'Allier. Samedi soir, leur état de santé n'était pas jugé inquiétant.

Libé

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: L'actu vu de chez nous ... le Dim 12 Juil - 13:38

ryu

avatar
Admin
Aix : à contresens sur l'A51 pour fuir la police

Voulant éviter la police, quatre jeunes ont déclenché une incroyable course-poursuite et ont pris l'autoroute en sens inverse.

Au petit matin hier, le conducteur d'une Mégane a paniqué à la vue d'un forgon de CRS et a pris l'A51 à contresens. Sur l'autoroute A7, les gendarmes avaient déjà eu le cas d'automobilistes ivres qui avaient emprunté l'autoroute à sens inverse.

Photo Jérôme Rey

Ils ont manqué d'un peu de lucidité et ont fait preuve de beaucoup d'inconscience. Au petit matin, après une virée plus qu'arrosée dans les discothèques aixoises, ces quatre jeunes occupants d'une Renault Mégane n'étaient plus vraiment en possession de leurs moyens, lorsque leur chemin a croisé, route de Galice, celui d'un fourgon de CRS. Lequel se rendait sur les lieux d'un accident survenu en contrebas, sur l'autoroute, au niveau de la sortie Aix-Ouest, en direction de Marseille.

Pris de panique à la vue des policiers, persuadé qu'il s'agissait d'un barrage de contrôles routiers, le conducteur de la Mégane prenait la, mauvaise, décision de faire demi-tour... et ainsi, d'éveiller les soupçons des CRS. Dès lors, une incroyable course-poursuite s'engageait à travers les rues aixoises. Quittant la route de Galice, la Mégane, les policiers sur ses talons, s'engouffrait dans le quartier d'Encagnane, passait en trombe devant le Pasino, percutait une voiture arrêtée à un feu rouge devant le McDo et prenait, à l'envers, l'autoroute A51.

"Ils ont roulé, à contresens, jusqu'à la sortie des Milles. Soit, une distance de plus d'1,5km", précise-t-on à la CRS autoroutière de Provence. Négociant très mal le virage de la bretelle de sortie, le conducteur perdait le contrôle de sa Mégane et venait violemment percuter la glissière de sécurité. Le train avant de leur véhicule à terre, les fuyards étaient contraints de poursuivre leur périple à pied. Du moins sur quelques mètres, puisque trois d'entre eux, dont le conducteur, étaient rapidement interpellés et remis aux policiers aixois.

Les passagers ont été remis en liberté après une brève audition alors que le conducteur, âgé d'une vingtaine d'années, était déféré au Parquet, hier après-midi, à l'issue de sa garde à vue. Il devrait être poursuivi pour "conduite sous l'empire d'un état alcoolique" et "mise en danger de la vie d'autrui".

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: L'actu vu de chez nous ... le Dim 12 Juil - 13:44

ryu

avatar
Admin
L'Etat bientôt interdit bancaire?


Le déficit budgétaire continue de se creuser. Fin mai, il atteignait 88,7 milliards d'euros, contre 50,1 milliards un an plus tôt. Responsables: le plan de relance et l'effondrement des recettes fiscales, plombées par la crise.
Relancer l'économie, une mesure nécessaire, mais coûteuse. Le déficit budgétaire a continué de se creuser pour atteindre 88,7 milliards d'euros fin mai, contre 50,1 milliards un an plus tôt, en raison du plan de relance et de l'effondrement des recettes fiscales, plombées par la crise, annonce le ministère du Budget.
Cette dégradation s'explique à hauteur de 16,1 milliards d'euros par le coût budgétaire des mesures de relance de l'économie (dont 6,25 milliards de prêts au secteur automobile), précise le ministère, qui assure: «Hors plan de relance, l'évolution d'une année sur l'autre des dépenses est maîtrisée.»
130 milliards fin 2009?
Le reste de la dégradation du déficit est essentiellement dû aux pertes de recettes fiscales liées à la récession que traverse la France (plus de 25 milliards d'euros au total).
Les recettes nettes de l'impôt sur les sociétés (IS) sont les plus touchées et affichent une baisse de 111,8% fin mai par rapport à mai 2008.
A la fin avril 2009, le déficit du budget de l'Etat était de 71,9 milliards.
Selon les dernières prévisions de Bercy, le déficit budgétaire de la France serait compris entre 125 et 130 milliards d'euros à la fin 2009.
Au 31 mai, les dépenses totales atteignent 152,1 milliards d'euros contre 147,4 milliards un an plus tôt.
Quant aux recettes (nettes des remboursements et dégrèvements et hors prélèvements sur recettes), elles s'établissent à 90,5 milliards d'euros contre 116,4 au 31 mai de l'année précédente.
Impôts aux entreprises peu rentables
Les recettes fiscales nettes s'élèvent à 84,4 milliards d'euros (-23,1% sur un an). Cette baisse s'explique à la fois par la mise en oeuvre des mesures de soutien à la trésorerie des entreprises dans le cadre du plan de relance (remboursements anticipés de TVA et d'impôts notamment) et par le ralentissement de l'activité économique.
Au total, par le jeu des remboursements, l'impôt sur le sociétés est même négatif de plus de 1,7 milliard d'euros à la fin mai: le fisc a remboursé plus d'impôts aux entreprises qu'il n'en a perçus.
Seul l'impôt sur le revenu affiche une progression par rapport à mai 2008, en augmentation de 3,4% à 27,8 milliards d'euros.

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: L'actu vu de chez nous ... le Dim 12 Juil - 18:01

L'info utile : Smile

http://fr.news.yahoo.com/55/20090712/tod-une-femme-soulve-prs-de-15-kilos-lai-17baed7.html

Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: L'actu vu de chez nous ... le Dim 12 Juil - 21:15

ryu

avatar
Admin
dim a écrit:L'info utile : Smile

http://fr.news.yahoo.com/55/20090712/tod-une-femme-soulve-prs-de-15-kilos-lai-17baed7.html

Y a de la force la dessous MDR affraid lol! king
Dans le mm genre j'avais vu qu'en mec avait fait de meme a partir de ces testicules, si qqun retrouve le lien ^^

Voir le profil de l'utilisateur

14 Re: L'actu vu de chez nous ... le Lun 13 Juil - 14:16

L'usage de C# dans Linux libéré par Microsoft



En lien avec cet article :



pour savoir qui est Richard Stallman

Richard Stallman sur wikipédia

Voir le profil de l'utilisateur

15 Re: L'actu vu de chez nous ... le Sam 18 Juil - 13:14

ryu

avatar
Admin
L'aperçu des rougeurs sur le bras d'Olive le Président, elles sont bien à l'heure encore cette année !!

Marseille : attention les méduses sont là !

Voir le profil de l'utilisateur

16 Re: L'actu vu de chez nous ... le Sam 18 Juil - 19:50

ryu

avatar
Admin
Google reprend des couleurs


Un marché de la publicité en ligne stabilisée après plusieurs mois de reflux mais loin d’avoir retrouvé sa vigueur d’avant la crise. Voilà le principal enseignement des résultats trimestriels du moteur de recherche Google. Des résultats devenus au fil des ans le baromètre de la fragile économie d’Internet.

Sur les trois derniers mois, le géant de Mountain View (Californie) enregistre un chiffre d’affaires trimestriel en hausse de 3 % par rapport à il y a un an (la plus faible progression en dix ans d’activité) et voit son bénéfice grimper de 19 % à 1,48 milliard de dollars (1,04 milliard d’euros). «Ces résultats illustrent la solidité de notre modèle économique et nos efforts pour contrôler les coûts, dit le directeur général, Eric Schmidt - dont la société compte 380 employés de moins qu’à la fin mars, soit 19 786. Il y a trois mois, nous ne savions pas quand nous toucherions le fond, nous savons maintenant que ce point a été atteint.» S’il relève qu’au regard de leurs achats de mots clé sur Google, les acteurs de la finance étaient toujours en crise, Schmidt se félicite du retour de nombreux annonceurs dans le commerce de détail et le tourisme. Google annonce aussi une prochaine rentabilité de son site de partage de vidéos YouTube en raison d’un «triplement des vidéos monétisées» sur les douze derniers mois - c’est-à-dire avec une incrustation publicitaire.

D’après comScore, Google détenait en juin 65 % de parts de marché, contre 19,6 % pour Yahoo et 8,4 % pour Microsoft. A la faveur de la sortie de son nouvel outil de recherche Bing, ce dernier a très légèrement progressé, empiétant sur Yahoo dont on annonce à nouveau un rachat imminent par Microsoft.

Voir le profil de l'utilisateur

17 Re: L'actu vu de chez nous ... le Dim 19 Juil - 0:27

ryu

avatar
Admin
Crosoft ou l'art de créer le besoin ...

Microsoft n'avait réservé que 76.000 exemplaires à prix cassé pour la pré-commande de son futur système d'exploitation Windows 7. Il s'est dit ce mercredi victime de son succès et obligé de fermer son site Microsoft Store. Mais tout cela n'est-elle pas qu'une opération de communication savamment organisée ?

Voir le profil de l'utilisateur

18 Re: L'actu vu de chez nous ... le Dim 19 Juil - 13:32

ryu

avatar
Admin
Pyongyang menace Séoul d’une guerre cybernétique

Depuis des années, les Nord-Coréens forment des experts capables de bloquer les systèmes informatiques du Sud. Les spécialistes sudistes commencent seulement à en mesurer le réel danger.

Voir le profil de l'utilisateur

19 Re: L'actu vu de chez nous ... le Lun 20 Juil - 14:06

drHouz

avatar
Admin
Hadopi : La tectonique des tactiques

Les paris sont lancés ! Le projet « protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur Internet » sera t-il voté par le Parlement d’ici fin juillet ? « Tout est possible », nous indiquait, vendredi, le député socialiste Patrick Bloche. Plus que jamais, serait-on tenté d’ajouter, à moins de 24 heures du début de l’examen du texte à l’Assemblée nationale.

Voir le profil de l'utilisateur

20 Re: L'actu vu de chez nous ... le Mar 21 Juil - 11:50

drHouz

avatar
Admin
le Taser comme une lampe torche

Australie: un homme prend feu après avoir été touché par le tir d'un Taser

Un homme dont les proches ont déclaré qu'il se droguait en respirant des vapeurs d'essence a pris feu lundi après qu'un policier lui a tiré dessus avec son Taser pour l'arrêter alors que l'individu courait vers les policiers avec un bidon d'essence.

L'homme âgé de 36 ans identifié par sa famille comme s'appelant Ronald Mitchell était dans un état critique dans un hôpital de Perth après l'incident qui s'est déroulé à Warburton, une communauté aborigène située à 1.540km au nord-est de la capitale de l'Etat d'Australie-Occidentale.

La police d'Australie-Occidentale a précisé que des agents s'étaient rendus sur place pour répondre à un appel en provenance de la maison d'où est sort Mitchell en courant avec un briquet et une grande bouteille de plastique contenant ce que les policiers pensaient être de l'essence. Quand Mitchell a refusé d'obéir à l'injonction d'un policiers pour qu'il s'arrête, un autre policier a alors utilisé son Taser pour l'immobiliser.

L'homme s'est aussitôt transformé en torche humaine. Le policier l'a alors jeté à terre et tenté d'éteindre les flammes à mains nues, précise le communiqué de la police qui ajoute que ce policier souffre de brûlures aux mains et d'une coupure du cuir chevelu provoquée par des jets de pierre d'une jeune femme de 18 ans.

Mitchell a été inculpé pour refus d'obtempérer et possession d'une substance toxique. La jeune femme âgée de 18 ans qui a jeté des pierres sur le policier a, elle, été inculpée pour agression sur agent. Deux autres personnes qui étaient également présentes dans la maison ont été inculpées pour possession de substance toxique.

Le Taser, capable de paralyser pendant quelques secondes une personne grâce à une décharge électrique pouvant atteindre 50.000 volts, est utilisé par les forces de l'ordre, dans 43 pays aujourd'hui. AP

Voir le profil de l'utilisateur

21 Re: L'actu vu de chez nous ... le Mar 21 Juil - 13:39

drHouz

avatar
Admin
Vous voulez du boulot ? Et bien courez !

Courez ! C’est l’injonction faite aux chômeurs par la direction du travail d’Indre-et-Loire pour se "distinguer" auprès des employeurs. Une course de 10 kilomètres aux côtés des chefs d’entreprise de la région sera organisée fin septembre.

Jamais l’expression « courir après un job » n’aura été aussi palpable. En Indre-et-Loire, la direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP) vient de lancer un nouveau concept : faire courir, de concert, professionnels de l’insertion et demandeurs d’emploi dans le but de trouver un job à ces derniers.

« Mon idée repose sur le mélange des chercheurs d’emploi et des différents acteurs des services qu’ils côtoient au quotidien », explique Sylvie Siffermann, directrice départementale du travail. « Pour préparer une compétition sportive, on utilise les mêmes moteurs et les mêmes leviers que pour une recherche d’emploi. » Si l’idée de départ est louable, la forme, elle, fait bondir les associations de défense des chômeurs. « Et vive la compétition, les gagnants auront peut-être droit à une médaille, une prime, ou un emploi ? » s’interroge ainsi un militant d’AC ! sur le site Internet de l’association. « Cette mise en scène des chômeurs me fait penser aux marathons organisés aux États-Unis, au début des années 1930 pendant la crise économique. » Une comparaison que les intéressés réfutent.

« Dans ce projet, les parrains issus du monde de l’insertion sont là pour accompagner leurs filleuls », insiste Hervé, chef d’une entreprise locale. « L’idée n’est pas de dire que celui qui court le plus vite gagnera un emploi. » Selon Alain et Jannyk, deux « filleuls », la cinquantaine et tous deux au chômage depuis plusieurs mois, ce projet pourrait leur permettre de se faire connaître. « Les entraînements sont l’occasion de sortir de chez soi, de voir du monde, d’éviter le piège des cafés. Et là, au moins, on court après quelque chose. » Et c’est bien ce « courir après quelque chose » qui coince.

« Aujourd’hui, c’est une course d’une dizaine de kilomètres », relève Laurent, avec inquiétude. Cet ancien Tourangeau d’une quarantaine d’années sort tout juste d’une longue période de chômage. Il a milité plusieurs années dans des collectifs syndicaux et associatifs d’aide aux chômeurs. Selon lui,etmêmes’il comprend les motivations des organisateurs, la solution ne peut passer par ce spectacle. « Ce qu’il faut, cesont des moyens àéchelle nationale. Vous aurez beau faire faire aux chômeurs le tour du monde en quad, en planeur ou avec des pois sauteurs, s’il n’y a pas d’emplois à la clé, ça ne sert à rien ! »

Sylvie Siffermann insiste sur la complémentarité des dispositifs mis en place ou existant : « Dans ce projet, il y a le volet sport et le volet emploi. Toute opération est critiquable, certes, mais ce que nous cherchons c’est l’insertion sur le marché de l’emploi. » « Il ne faut pas perdre de vue que c’est d’abord une volonté du demandeur d’emploi de s’inscrire dans ce projet », poursuit William, parrain et cadre dans une structure d’insertion.

« Quand un chômeur veut trouver un job, il est prêt à tout, rétorque Laurent. Un gars qui rame depuis plusieurs mois ou plusieurs années ne va pas refuser de s’inscrire dans une course, même si, physiquement, il a du mal à suivre. » Hervé, qui vient, avec ses amis, d’achever un troisième tour de chauffe, trouve le projet fédérateur. « La préparation à ces 10 kilomètres, c’est une vraie dynamique. Nous menons deux projets de front. L’un sportif, l’autre autour de l’emploi. Et ces rencontres qui nous changent des relations classiques du Pôle emploi ne peuvent être que bénéfiques pour les filleuls, ne serait-ce qu’au travers des connexions qui vont leur permettre, nous l’espérons, de retrouver plus rapidement un travail. »

Tous promettent que l’esprit des Foulées survivra au 27 septembre, date de la compétition sportive pour laquelle se préparent parrains et filleuls. « Ce que nous voulons essentiellement, c’est qu’ils retrouvent un travail, pas qu’ils finissent la course », explicite Michel, responsable dans une compagnie d’assurance. Dans l’entraînement, il n’y a pas de hiérarchie entre un chef d’entreprise et un demandeur d’emploi », insiste-t-il. « De cela, je n’en suis pas si sûr, corrige Laurent. Quand les uns courent pour le fun, et les autres pour survivre, les rapports sont viciés. D’autant que, dans ce cas précis où des chômeurs courent avec des chefs d’entreprise potentiellement recruteurs, vous imaginez l’envie de séduction… »

En parallèle à ces Foulées, des rencontres sont programmées avec les représentants du MEDEF local « pour trouver des trucs et astuces concrets », comme le précise Sylvie Siffermann, ainsi qu’avec les services de la chambre de commerce et d’industrie et de la chambre des métiers et de l’artisanat d’Indre-et-Loire.

JOSEPH KORDA

Voir le profil de l'utilisateur

22 Re: L'actu vu de chez nous ... le Mar 21 Juil - 13:50

drHouz

avatar
Admin
Hadopi : Le vote est reporté en septembre

Selon nos sources, la décision aurait été prise en haut lieu dès hier. L’examen du texte va lui se poursuivre jusqu’à jeudi soir.

Le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, vient d’annoncer que le gouvernement avait décidé de repousser à septembre le vote du projet de loi relatif à la « protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur Internet »

Comme il était prévisible, les groupes socialiste, communiste et, plus étonnamment, UMP ont demandé un vote solennel sur le texte examiné depuis ce matin par les députés. Une demande qui a été acceptée. Selon nos sources, la décision a été entérinée « en haut lieu » dès hier. L’UMP aurait tout simplement réalisé que si, comme cela était prévu, le vote avait lieu ce jeudi soir, il n’était du tout assuré qu’il passe. Ce qui expliquerait que le groupe UMP lui-même ait demandé le vote solennel.

Selon le règlement, le président de l’Assemblée peut défaire le vote solennel, et réinscrire le vote cette semaine. Mais politiquement, cela serait risqué. D’autant que pour cela, il faudrait qu’il y ait une nouvelle conférence des présidents, et donc l’opposition serait au courant.

Cette décision explique mieux l’épisode de ce matin. En effet, comme nous le relations, ni le rapporteur, Franck Riester, ni les ministres Michèle Alliot-Marie et Frédéric Mitterrand n’étaient présents à 9 heures en Commission des Affaires Culturelles, repoussant ainsi automatiquement l’examen des amendements à la séance de cet après-midi. Un retard étonnant alors que la majorité accusait encore hier l’opposition de faire obstruction.

L’examen du texte va donc se poursuivre normalement jusqu’à la fin de la session extraordinaire, jeudi soir. Il devrait reprendre lors d’une nouvelle session extraordinaire, à date du 14 septembre.

Voir le profil de l'utilisateur

23 Re: L'actu vu de chez nous ... le Mar 21 Juil - 13:55

drHouz

avatar
Admin
Pour booster votre vie sexuelle, cliquez sur cet article

D’après une étude, 12% des internautes américains ont volontairement cliqué sur des spams, parce que le service proposé les intéressait.

par Alexandre Hervaud

La semaine dernière, une étude du Messaging Anti-Abuse Working Group tentait d’en savoir un peu plus sur le comportement des internautes face au flot toujours plus nombreux de spams (qui représenterait, selon Microsoft, 97% du volume total de mails échangés sur le Net). Avant de rapporter quelques données de cette étude (pdf), quelques précisions sur sa portée : seuls 800 internautes ont été interrogés (pour moitié par téléphone, pour l’autre par mail), et il ne s’agit que de consommateurs américains. Une étude comparative sur le même sujet devrait être menée en Europe d’ici 2010.

D’après l’étude, les deux tiers des sondées s’estiment très ou plutôt bien renseignés en matière de sécurité informatique. Malgré tout, 21% d’entre eux ne font rien pour empêcher l’arrivé de spams dans leurs boîtes mail, même si les plus jeunes (moins de 35 ans) sont plus réservés à l’idée de transmettre leur adresse mail, préférant créer des adresses séparées uniquement dédiées à recevoir du junk mail. L’adage « ça n’arrive qu’aux autres » est une nouvelle fois vérifié puisque, si 80% des internautes interrogés déclare connaître l’existence des spambots (entendre ici les virus permettant d’utiliser à leur insu des ordinateurs de particuliers afin d’envoyer du spam en masse), seulement 20% estiment « très probable » l’éventualité de voir leur ordinateur infecté.




DR [Note : cette question était à choix-multiples, d’où le total des réponses supérieur à 100%]


L’un des points du sondage a particulièrement retenu l’attention du site Ars Technica, qui l’a rapporté en se moquant gentiment des néophytes. A la question « si vous avez déjà cliqué sur un lien ou répondu à un mail que vous suspectiez être un spam, pourquoi avez-vous fait cela ? », 9% des sondés ont reconnu avoir cliqué « pour voir ce qu’il se passerait », et 12% « par intérêt pour le produit ou service proposé ». Pour acheter le produit miracle vanté, donc. A en croire les plaisantins d’Ars Technica, « il y a donc bien un marché pour ces pilules anti-dysfonctionnements érectiles et les épouses livrables par la poste »... Il y a aussi — et surtout— un marché pour les logiciels ou solutions techniques divers et variés censés prévenir de tels désagrément (l’étude s’adresse avant tout aux professionnels, et le groupe qui l’a conduite compte parmi ses partenaires des fournisseurs d’accès comme AT&T, Verizon ou le groupe France Telecom). Alors que la première étape pour éviter de se faire spammer sans relâche, et c’est bien connu, reste avant tout la lecture de notre dossier Halte aux spams.

Voir le profil de l'utilisateur

24 Re: L'actu vu de chez nous ... le Mer 22 Juil - 23:40

ryu

avatar
Admin
QUE DU DEGOUT ... LA THESE DES MILITAIRES EN EXERCICE SE CONFIRME, C'EST SCANDALEUX !!!

Marseille touchée par le feu, les autres incendies maîtrisés

Publié le mercredi 22 juillet 2009 à 20H02

Plus de 150 pompiers luttent actuellement contre le sinistre, tout proche des habitations.

Photo Franck Pennant



Actualisation : 23h

Un incendie, parti du camp militaire de Carpiagne, progresse vers les quartiers est de Marseille. Les feux ont parcouru plus 1000 hectares de broussaille et de garrigue, poussés par des rafales de vent chaud. Une maison a également été incendiée dans le quartier de Saint-Loup (Est de Marseille). D'importants moyens sont mobilisés pour contenir l'incendie avançant sur un front de 300 m de large. Selon la gendarmerie, des tirs d'exercice à balles traçantes par des légionnaires d'Aubagne en seraient la cause.

Entre 300 et 350 habitants du quartier des Trois-Ponts, à l'est de Marseille, sont en cours d'évacuation.

L'incendie a démarré à proximité du camp militaire de Carpiagne, entre Cassis et Marseille. Il est à quelques kilomètres des premières habitations de l'est de Marseille. Au total, 300 sapeurs-pompiers et marins-pompiers sont mobilisés. Les quatre Canadair, le Dash 8, les deux Tracker et les trois hélicoptères bombardiers d'eau ont cessé leurs rotations à la tombée de la nuit.

Le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, est très remonté à propos de l'incendie qui touche actuellement Marseille. Il a indiqué à La Provence "vouloir demander des sanctions au ministre de la Défense" si l'enquête démontrait que le feu a été déclenché par des exercices de tirs militaires à Carpiagne.

Le maire, en concertation avec le préfet, a demandé à ce que les habitations évacuées soient sécurisées par les forces de police afin d'éviter d'éventuels pillages.

"Nous avons eu des problèmes pour déployer nos moyens au sol en raison de l'escarpement du terrain qui a également gêné les moyens aériens", a déclaré le porte-parole du Bataillon des marins-pompiers de Marseille, Stéphane Besse. Le feu a franchi une crête et progresse vers le Vallon de la Barasse dans l'est de Marseille, à plusieurs kilomètres des habitations".

Salon : important incendie au-dessus du quartier des Canourgues

Les sapeurs pompiers sont également intervenus sur sur un incendie qui s'est déclaré vers 17h45 en amont du quartier des Canourgues, à Salon-de-Provence. Le centre aéré a été épargné, mais les flammes sont visibles du quartier. Une dizaine de véhicules et des hélicoptères bombardiers d'eau sont encore sur les lieux, mais le feu est fixé.

Châteauneuf-les-Martigues : un feu fixé après avoir parcouru dix hectares de broussailles

250 sapeurs-pompiers, renforcés par deux canadairs et trois hélicoptères bombardiers d'eau, viennent de fixer un feu qui s'était déclaré vers 14 heures à Châteauneuf les Martigues. Poussé par un vent soufflant à 70 km/h, le sinistre a dévasté une dizaine d'hectares de broussailles, de canniers ou de jeunes pins. Il a menacé plusieurs habitations, avant d'être maîtrisé. Trois caravanes et un fourgon ont été brûlés, a annoncé la mairie.

Luynes : deux champs partent en fumée

Dans le pays d'Aix, un incendie a éclaté en début d'après-midi sur des terres agricoles. Très rapidement, les pompiers sont intervenus. L'incendie a été maîtrisé mais deux champs ont été ravagés.

Mouriès : un incendie vite éteint près du Paradou

Cet après-midi, vers 16h, un incendie s'est déclaré au niveau du Paradou, non loin de Mouriès. Près de 80 pompiers ont été engagés sur les lieux, faisant preuve d'efficacité. Les flammes ont été maîtrisées en une heure, par plus de six véhicules des casernes d'Arles et de Salon. Le feu n'aura au final ravagé que deux hectares, selon le Codis 13.

Voir le profil de l'utilisateur

25 Re: L'actu vu de chez nous ... le Ven 24 Juil - 20:30

drHouz

avatar
Admin
Sarko à nouveau victime d’un Google bombing

Trou du cul du web

Un nouveau Google bombing est apparu sur le net. A la subtile expression de "trou du cul du web", Google renvoie désormais sur... Sarkozy.fr
Il vous est sans doute souvent arrivé de taper une recherche sur Google et de vous retrouver avec un résultat n’ayant aucun rapport avec ce que vous souhaitiez : soit que le mot clé que vous aviez utilisé était à double-sens, soit qu'il apparaissait dans le site de manière détournée… C’est une mésaventure courante qui pour beaucoup est devenue un jeu.

Car si l’algorithme qu’utilise Google pour trier les résultats est inconnu de tous, l’un de ses systèmes de classement a cependant été à peu près compris par certains : le PageRank. Ce procédé vise à déterminer la pertinence d’un résultat en utilisant notamment les liens qui sont faits vers cette page. Ainsi, si de nombreux sites font un lien depuis le mot "encyclopédie" vers Wikipédia par exemple, celui-ci se verra mieux classé dans les résultats de recherche, jusqu’à arriver en tête de page.

Ce principe compris, de nombreux internautes y ont vu l’occasion de truquer les résultats du moteur de recherche à des fins politiques, contestataires ou tout simplement humoristiques. Ainsi, du temps où il était Premier ministre, la recherche "gros balourd" renvoyait vers une biographie de Jean-Pierre Raffarin. Lorsqu’il était encore président de la République, le terme "magouilleur" renvoyait quant à lui à Jacques Chirac. Et évidemment, Nicolas Sarkozy n’a lui-même pas été épargné par ce procédé puisque, avant qu’il soit élu président, le mot clé "Iznogoud" (ce vizir de bande-dessinée qui souhaite toujours être calife à la place du calife) renvoyait à son site officiel.

En 2007, Google réagit et annonce avoir mis au point un nouvel algorithme détectant les "Google bombs". Alors, est-ce pour autant la fin de ce phénomène ? Apparemment non. Probablement en réaction à l’insistance du gouvernement à faire voter la loi Hadopi, un nouveau bombardement Google vient d’être mis en place. Dorénavant, en tapant l’expression fort poétique de "trou du cul du web", vous obtiendrez en premier résultat… Sarkozy.fr.

Un résultat qui doit faire grincer quelques dents du côté de l’Elysée, d’autant plus que Google a indiqué dans un communiqué ne pas être "enthousiasmé par l’idée de modifier manuellement les résultats".

Reste qu'à l’époque, le Google bombing n’avait pas empêché "Iznogoud" de devenir calife. Aujourd'hui, il n’y a pas plus de chances que celui-ci entrave le vote d’Hadopi 2…

Jérémy Prin-Derre (jprin-derre@laprovence-presse.fr)

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum